Actualités IHRIM

Subscribe to flux Actualités IHRIM Actualités IHRIM
Philosophie, littératures française et étrangères, musicologie, études théâtrales, histoire de l'art, histoire des sciences et des techniques, XVIe-XXe siècles. L'IHRIM est un laboratoire pluridisciplinaire et transséculaire. La spécificité de ses recherches consiste en une approche historicisée des idées et des représentations littéraires, symboliques, artistiques et scientifiques. Nous sommes en effet convaincus que l'on ne peut comprendre le monde contemporain dans ses racines et ses structures que par une profonde connaissance du passé dont il est issu. Olivier Bara, directeur de l'UMR 5317 Marina Mestre Zaragozá, directrice adjointe
Mis à jour : il y a 1 jour 9 min

Rencontre avec Javier MOSCOSO

Lundi 21 Janvier 2019

Contacts : Marina Mestre Zaragozá et Carlos Heusch

Rencontre organisée par l'Institut Cervantes de Lyon en partenariat avec l'ENS de Lyon.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Accuser réception

Jeudi 17 Janvier 2019

Responsables scientifiques
Stéphane ZÉKIAN et Thierry ROGER (MCF à Rouen)

Il s'agit d'une réflexion collective sur la vogue actuelle des études de réception en lettres et en philosophie. Devant l'inflation de manifestations centrées sur la vie longue des oeuvres, nous proposons un bilan d'étape en forme de pause réflexive : pourquoi ce moment réception ? Surtout : que peut-on vraiment en attendre ? Le texte ci-joint apporte de nombreuses précisions sur le sens que nous souhaitons donner à cette entreprise.
Les propositions sont attendues jusqu'au 1er février 2019. Les articles retenus seront à rendre pour le 1er octobre 2019. Le dossier paraîtra directement en ligne sur le site Fabula.

Recontextualisations historique et conceptuelle du lexique de la Politique (1614) de Johannes Althusius

Mardi 15 Janvier 2019

Atelier organisé par Gaëlle Demelemestre dans le cadre de l'ENS de Lyon, du CNRS (Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités, UMR 5317) en association avec l'Institut d'histoire du droit (UMR 7184 – Université Panthéon-Assas)

Contact :Gaëlle Demelemestre

L'atelier porte sur une œuvre phare de la pensée politique, la Politica methodice digesta atque exemplis sacris et profanis illustrata (3e éd., Herbornae Nassoviorum, ex officina Corvinus, 1614) de Johannes Althusius, dont la traduction française sortira prochainement aux Éditions Kerygma. Il s'appuie sur le texte établi par l'édition critique italienne1. Ses traducteurs français sont parvenus à établir une première version de l'œuvre, dont il s'agit à présent d'assurer certains points de vocabulaire.
Juriste et politique calviniste de la Frise orientale, au cœur des divisions confessionnelles et politiques déchirant l'Europe au tournant du XVIIe siècle, Johannes Althusius (1557-1638) entend fournir avec cette œuvre un guide pratique de la vie politique aux différents acteurs de son temps. Sa traduction en langue vernaculaire en est délicate, parce qu'il s'appuie conjointement sur la tradition juridique médiévale, la culture de l'humanisme politique, la pensée politique classique, différentes traditions théologiques et ecclésiologiques, et le droit germanique.
L'atelier est consacré à la recontextualisation historique du vocabulaire mobilisé par Althusius dans son texte, en vue d'en assurer le lexique en français moderne. Il n'est pas basé sur des communications particulières, mais sur une discussion ouverte des choix de traduction. Chaque séance est dévolue à l'un des cinq champs disciplinaires sollicités dans la Politica.

1 J. Althusius, La Politica. Elanorata organicamente con metodo, e illustrata con esempi sacri e profani. A cura e con un saggio introduttivo di Corrado Malandrino. Traduzione di C. Malandrino, Francesco Ingravalle e Mauro Povero. Ha collaborato Cornel Zwierlein. Trascrizione del testo latino di M. Povero, Turin, Claudiana, 2009.

Why it is Impossible to Write a Biography of William Shakespeare :

Mardi 15 Janvier 2019

Lewiston, The Edwin Mellen Press
décembre 2018, 260 p.
ISBN 978-1-4955-0636-9

Professor Dureau's re-reading of Shake-speare's biographers, the “proof” of his life as a player and dramatist undergoes radical revision ; while what she argues will not sit well with traditionalists-an admittedly vague and troublesome term for such a vast critical field as Shakespeare studies-her arguments will accomplish what all good criticism should. Her work will open dialogue that challenges the reader to return to the collected, historical accounts of the poet William Shakespeare.
Dr. Wayne Narey, Arkansas State University

Yona Dureau skillfully sketches the literary and historical debate over the identity of the author of the plays signed Shakespeare, underlining the weight of governmental and institutional pressure in the matter. Pointing out the contradictions and anomalies in such life-stories of the author as have been complied, she shows how elements from the plays have recurrently been used in attempts to assess the author's religious identity or to fill gaps in his life story.
Prof. Monique Venuat, Université Blaise Pascal

“Strange Habits” / Strange Habitats : Clothes, climes, and the environment in Shakespeare and his contemporaries

Mardi 15 Janvier 2019

Organized by Sophie Chiari (Université Clermont Auvergne, IHRIM) and Anne-Marie Miller-Blaise (Institut Universitaire de France, Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle, PRISMES)

Confirmed speakers :
Patricia Lennox (The Gallatin School, New York University)
Ulinka Rublak (University of Cambridge)
Maria Hayward (University of Southampton)
Dympna Callaghan (Syracuse University)
Sophie Jane Pitman (Aalto University)

Benjamin Constant : l'esprit d'une œuvre

Lundi 14 Janvier 2019

coll. « Le XIXe siècle en représentation(s) »
Saint-Étienne, Publications de l'université de Saint-Étienne,
10 janvier 2019, 228 p.
ISBN 978-2-86272-713-4

Doué d'une parole précise et cinglante, Benjamin Constant a été un journaliste et un homme politique de premier plan, depuis les dernières années de la Révolution jusqu'à la fin de la Restauration. Ses écrits politiques constituent un jalon essentiel de la réflexion sur les fondements de la société démocratique et de la vie parlementaire, en France comme dans le monde. Dans le domaine de la création littéraire, le cursif Adolphe s'est imposé une œuvre majeure du roman à la première personne, et ses journaux des chefs-d'œuvre de l'écriture intime. Ouvrant une perspective nouvelle à la connaissance de Constant par la largeur du corpus envisagé, cet ouvrage analyse l'écriture, le style, la manière, tout ce qui fait la spécificité de l'esprit d'une œuvre qui ne ressemble à aucune autre : de la fiction littéraire aux essais politiques, de l'histoire de la religion à la réflexion sur le théâtre, c'est un art exemplaire de l'analyse et de l'argumentation, un style singulier qui nous est révélé.

Les auteurs

Jean-Marie ROULIN (université de Lyon Saint-Étienne — UMR IHRIM) a notamment publié Chateaubriand, l'exil et la gloire (Champion, 1994), Les Romans de la Révolution 1790-1912 (A. Colin, 2014 ; co-dir. avec A. Déruelle), et édité Adolphe, (GF, 2011) et les Journaux intimes de Constant (Gallimard « Folio », 2017 — Prix « Benjamin Constant » 2018).
Éric BORDAS est professeur de stylistique à l'École normale supérieure de Lyon. Parmi ses publications : Balzac, discours et détours (PUM, 1997), Les Chemins de la métaphore (PUF, 2003), « Style ». Un mot et des discours (Kimé, 2008).

Séminaire « Pour une édition numérique des œuvres de Charles Fontaine » 2018-2019

Lundi 14 Janvier 2019

Dans la lignée des travaux d'édition et de redécouverte d'auteurs méconnus de la Renaissance, le projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine vient combler une lacune dans les études seiziémistes, qui, à la suite du mépris affiché par les auteurs de la Pléiade, ont largement oublié la figure de Fontaine et le rôle qu'il a joué dans l'évolution de la poésie et dans la transmission de textes centraux de l'humanisme, par le biais de la traduction et de l'édition.

Consacré tant aux questions méthodologiques qui président à l'édition numérique d'un auteur humaniste se plaisant à exhiber ses multiples réseaux, qu'aux élucidations, commentaires et choix qu'engage le travail éditorial, ce séminaire trisannuel s'adresse, au-delà de la seule équipe éditoriale, aux chercheurs dont les travaux croisent, de près ou de loin, le polygraphe aux réseaux tentaculaires qu'est Fontaine, aux collègues engagés dans des travaux prosopographiques, ou encore travaillant sur les questions d'édition.

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Carnet de recherche du projet : https://chfontaine.hypotheses.org/

Responsable :
Élise Rajchenbach, MCF en littérature de la Renaissance, IHRIM Saint-Étienne
elise.rajchenbach chez univ-st-etienne.fr

Séminaire du GREAM « Modernités hispaniques » 2018-2019

Lundi 7 Janvier 2019

Dans le cadre du LabEx Comod

Contacts :
Marina Mestre et
Philippe Meunier

Jacques Lusseyran, entre cécité et lumière

Lundi 7 Janvier 2019

coll. « Figures normaliennes »
Paris, Éditions rue d'Ulm
11 janvier 2019, 232 p.
ISBN 978-2-7288-0605-8

Jacques Lusseyran (1924-1971), écrivain et essayiste aveugle, est aussi une figure méconnue de la Résistance intérieure française durant la Seconde Guerre mondiale (il fut déporté à Buchenwald). Restées longtemps ignorées dans son propre pays – alors qu'il a poursuivi une carrière outre-Atlantique –, sa vie et son oeuvre suscitent un intérêt grandissant dans la recherche française et internationale.
Co-écrit par des auteurs dits « valides » et « en situation de handicap », première étude universitaire sur Jacques Lusseyran, cet ouvrage propose une vaste exploration de la vision intérieure paradoxale de cet homme qui, ayant perdu la vue à l'âge de 8 ans, s'est construit autour de la lumière et des couleurs dont il affirme garder la perception et qu'il magnifie par l'écriture.
Différentes approches permettent d'étudier la place qu'il occupa au sein de la Résistance, l'attitude qu'il adopta face à la réalité tragique des camps de concentration et d'interroger les catégories essentielles de son écriture.

Voir aussi le colloque Jacques Lusseyran (1924-1971) entre cécité et lumière. Regards croisés

Les autrices

Marion CHOTTIN est chargée de recherche au CNRS, IHRIM-ENS de Lyon. Elle a dirigé le volume L'Aveugle et le Philosophe, ou comment la cécité donne à penser (Publications de la Sorbonne, 2009).

Ancienne élève de l'ENS (Paris), Céline ROUSSEL est doctorante en littérature comparée à Sorbonne Université. Elle a codirigé le volume Discours et représentations du handicap. Perspectives culturelles (Classiques Garnier, 2019).

Zina WEYGAND, docteure HDR en histoire, est chercheuse honoraire au CNAM. Elle est notamment l'autrice de Vivre sans voir. Les Aveugles dans la société française du Moyen Âge au siècle de Louis Braille, préf. Alain CORBIN (Créaphis, 2003, 2013 trad. angl. Stanford UP, 2009 ; trad. jap. Fujiwara Shoten ; 2013).

Avec des inédits de J. LUSSEYRAN et les contributions de Jacques BLOCH (déporté, résistant), Gildas BREGAIN (CNRS-EHESP), Piet DEVOS (écrivain), Olivier LALIEU (historien, Mémorial de la Shoah), Pascal LUSSEYRAN, Avinoam, B. SAFRAN et José-Alain SAHEL (Sorbonne Université-UPMC/Institut de la Vision), Rebecca P. SCALES (Rochester Institute of Technology, USA), Jacques SEMELIN (CERI-Sciences Po).

Les –ismes et catégories historiographiques à l'époque moderne

Lundi 7 Janvier 2019

Colloque annuel du CIREM 16-18
(Centre Interuniversitaire de Recherche sur la Première Modernité)

Tout est dans peu

Mercredi 2 Janvier 2019

Soirée rencontre avec Claire Heggen - Théâtre du Mouvement.

Poética de la interpolación en la literatura áurea : de la tradición a la modernización

Mercredi 2 Janvier 2019

Organisatrices
Marine Ansquer et Aude Plozner, doctorantes à l'université Lyon 2

L'Éducation sentimentale ( 1869 - 1879)

Mercredi 19 Décembre 2018

Édition et genèse éditoriale par Stéphanie DORD-CROUSLÉ
avec la collaboration, pour l'établissement des textes, de Lena MÖSCHLER
Lausanne, Variance
10 décembre 2018, édition numérique

Il s'agit d'une édition numérique réunissant et comparant les deux versions du roman (Lévy, 1869 et Charpentier, 1879), accompagnée d'une notice.
À sa publication en 1869, L'Éducation sentimentale présente déjà les marques structurelles et esthétiques de la modernité qui sera célébrée par la suite. Néanmoins, elles ont été notablement accentuées dans la « nouvelle édition », parue en 1879 – au terme d'une relecture par l'auteur aussi indéniable que contrariée par l'incurie des typographes. C'est cette édition qui a donné au roman sa physionomie définitive – postérieure à Trois contes et concomitante à la rédaction de Bouvard et Pécuchet.

Mind and body across time and discipline

Mardi 18 Décembre 2018

Organization :
Ohad Nachtomy (IEA Paris / Bar-Ilan University)
Mogens Lærke (CNRS, IHRIM, ENS de Lyon)

The workshop is supported by IEA of Paris and IHRIM (CNRS-UMR 5317), ENS de Lyon, and Labex Comod, Université de Lyon.

Le terrain en philosophie

Mardi 18 Décembre 2018

Formation doctorale
L'objectif est de tenter de définir, grâce à l'expérience et aux travaux des personnes autour de la table, ce que pourrait être une "philosophie de terrain", expression problématique d'un double point de vue, disciplinaire et méthodologique.

Avec le soutien de l'IHRIM, du Labex, de l'ED 487, et de l'IRPHIL.

1) Contextualisation :

Tandis que, depuis quelques années, les frontières entre certaines disciplines des sciences humaines et sociales (ethnologie, anthropologie, philosophie, sociologie) s'atténuent, le recours à un « terrain » dans la recherche en philosophie tend à devenir de plus en plus présent. En effet, s'opère manifestement une remise en cause d'une certaine division du travail, prépondérante jusqu'alors dans le champ scientifique. La place sur le terrain se voyait réservée aux ethnologues et anthropologues qui produisent des données, soit, quand celui-ci s'en saisit, le matériau du philosophe qui, dans un second temps, théorise et conceptualise à partir de ces résultats – dont il ignore parfois l'histoire et les aléas de la production. Corollairement, on observe ce qu'on pourrait appeler une mutation épistémologique de la recherche philosophique. L'histoire de la philosophie nous enseigne que, bien souvent, la philosophie s'ancre dans un contexte historique, social et politique qu'elle réfléchit par une élaboration conceptuelle, ou qu'elle transforme, faisant de ce contexte la condition d'une praxis indissociable de la réflexion philosophique. Mais, si ces attitudes ne sont pas nouvelles, la pratique de la recherche en philosophie prend un nouveau tour, manifeste dans les travaux actuels de nombreux chercheurs et attirant de plus en plus d'étudiants, dans la mesure où elle donne à l'enquête de terrain une place prépondérante. Ce n'est pas seulement que la philosophie se donne de nouveaux objets, mais bien plutôt qu'on rencontre le philosophe, dans sa pratique professionnelle, sur des lieux sur lesquels, jusqu'alors, nous étions peu habitués à le trouver. Plus familier des bibliothèques et des universités, il investit aujourd'hui volontiers des hôpitaux, des comités éthiques, des sphères politiques, des camps de migrants, des fermes, des jardins, des usines, etc. L'interrogation philosophique a partie liée avec une expérience concrète, qui vient l'enrichir et la préciser ou, plus encore, depuis laquelle elle vient même à
émerger. Cet intérêt renouvelé et renforcé pour une réflexion située incite de manière inédite le philosophe à interroger méthodologiquement son rapport au terrain et à théoriser la place dévolue à ce dernier dans ses recherches. Quel est alors le sens de cette présence ? En quoi est-elle utile, voire nécessaire et pour qui ? Le travail philosophique et l'élaboration conceptuelle s'en trouvent-ils enrichis, altérés ; peut-on parler d'une philosophie située, voire incarnée ? Sur le terrain, le philosophe est-il présent en observateur et questionneur, muni de son carnet de notes ; est-il un acteur qui fait de son action elle-même, insérée dans un certain contexte, l'objet de sa réflexion ? Comment cette présence sur le terrain s'articule-t-elle avec le travail bibliographique, constituant jusqu'alors l'essentiel de la recherche philosophique ?

2) Problème :

Ainsi, s'il existe aujourd'hui ce qu'on appelle communément une « philosophie de terrain », cette pratique relativement nouvelle charrie avec elle de nombreux questionnements, qui peuvent à la fois stimuler la recherche, mais aussi l'entraver, ou la ralentir. Ces questionnements peuvent être rassemblés autour de trois interrogations principales qui orienteront nos échanges et discussions lors de ces journées d'études : Qu'est-ce que le terrain en philosophie ? Pourquoi mener une enquête de terrain quand on est philosophe ? Comment procéder d'un point de vue pratique comme théorique ?

3) Objectifs :

C'est afin de réunir les chercheurs, doctorants, et étudiants en philosophie investis dans un travail de terrain ou intéressés par ce dernier, et pour expliciter les difficultés auxquelles ils se confrontent dans leur pratique plus ou moins isolée, réfléchir ensemble aux moyens de les affronter, et apporter certaines réponses, probablement provisoires, que nous souhaitons organiser cette formation doctorale autour de la « philosophie de terrain ». Journées qui intéressent également les chercheurs et doctorants d'autres disciplines – sociologie, ethnologie, anthropologie – dans la mesure où, si la place du terrain dans la recherche philosophique est à penser et à construire, cette réflexion ne peut se passer d'un dialogue avec ces disciplines ni manquer de s'instruire de leurs réflexions méthodologiques.

Plus précisément, il s'agira durant ces journées :

  • de s'efforcer de définir le concept sous lequel nous voulons penser nos travaux - « philosophie de terrain », « philosophie empirique », « philosophie appliquée », etc.
  • le flottement des dénominations étant symptomatique du brouillage des réalisations ;
  • mais aussi et surtout de poser les jalons d'une méthode valide, efficace et légitime pour intégrer, à nos recherches conceptuelles et problématiques, le travail de terrain.

Ainsi, si nous partons de deux références principales, à savoir l'ouvrage Pour une philosophie de terrain de Christiane Vollaire1 et les journées d'études « Le philosophe et l'enquête de terrain : le cas du travail contemporain »2 nous ne nous attacherons pas à revenir sur les auteurs de la tradition qui ont ménagé une certaine place aux matériaux empiriques dans leurs travaux philosophiques (Spinoza, Hume, Marx et Engels, Simone Weil, Arendt, Foucault, etc.) pour remettre en contexte ce qui est en définitive une question pas si neuve... Il s'agit bien plutôt de ressaisir réflexivement et d'encadrer
institutionnellement les mutations de notre discipline. Dans une perspective à la fois exploratoire et pédagogique, nous partirons de travaux de recherche actuels en philosophie, sur des thèmes, concepts ou problèmes variés, et ménageant tous un certain
rapport au terrain, pour réfléchir à une méthode à partir des enjeux spécifiques de notre discipline. Il ne s'agit pas d'instaurer un cadre risquant de figer et d'uniformiser nos différentes pistes de recherche, mais bien de mettre en commun les problèmes et les solutions émergées de nos pratiques du terrain en philosophie, dans toute leur variété, pour enrichir mutuellement nos parcours.

4) Axes de réflexion :

Les interrogations qui émergent de la pratique d'une philosophie de terrain peuvent être regroupées autour de trois axes de réflexion :

a. Interdisciplinarité des sciences humaines et sociales. La fondation des sciences humaines et sociales, aux XIXe et XXe siècles, est en partie motivée par des auteurs issus de la philosophie : Durkheim, Bourdieu, Lévi-Strauss inscrivent leur travail sociologique et anthropologique dans une relation déceptive à la discipline philosophique dont ils sont issus, par un rapport fondateur au terrain. Or depuis quelques années, des essais ou des travaux de recherche identifiés comme philosophiques accordent pourtant une importance fondamentale aux matériaux empiriques. D'abord dans quelle mesure la réflexion problématique et conceptuelle que revendique la philosophie peut-elle s'approprier des méthodes d'enquête issues d'autres sciences humaines et sociales (observation simple ou participante, questionnaires, entretiens, etc.) ? À quel niveau et de quelle manière la spécificité de la philosophie opère-t-elle ? Plus précisément, y a-t-il un rapport au terrain proprement philosophique, dès l'enquête empirique, ou la pratique du terrain constitue-t-elle une pratique neutre du point de vue disciplinaire, jusqu'à ce que ces matériaux soient ressaisis dans le cadre d'une réflexion problématique et conceptuelle ? Dans ce cas, qu'est-ce qui distingue une telle réflexion philosophique faite à partir de ces matériaux, d'une problématisation et d'une conceptualisation sociologique ou anthropologique ? Enfin, comment peut s'opérer le décloisonnement des disciplines, sans perdre en pertinence d'approche, mais en vue d'un enrichissement mutuel ? Il pourrait être intéressant d'interroger des sociologues et des anthropologues sur l'engouement de plus en plus appuyé des philosophes pour le terrain. Réciproquement, dans un espace de dialogue ouvert et stimulant, on peut noter un regain d'intérêt des sciences humaines et sociales pour les méthodes et procédés philosophiques : certains ethnologues s'efforcent de fonder leurs analyses dans un cadre philosophique déterminé (école de pensée, auteur, thème, concept, etc.) – à tel point qu'on a pu parler d'un véritable « tournant philosophique » de l'ethnologie (cf. Mathieu Potte-Bonneville, « Au sujet du terrain – subjectivation et ethnologie »3).

b. Intérêt et légitimité du travail de terrain en philosophie. De plus en plus d'étudiants ou de chercheurs en philosophie éprouvent le besoin de mener eux-mêmes, par honnêteté intellectuelle, une enquête de terrain pour traiter le problème théorique qui les intéresse – sans pour autant que cette démarche personnelle ne soit exclusive de sources bibliographiques (par exemple, d'autres enquêtes anthropologiques ou sociologiques sur des questions proches). Mais comment le philosophe justifie-t-il, auprès des autres, cette nécessité pour lui de s'approprier l'objet concret et actuel de son travail ? Comment cette démarche empirique peut-elle être reconnue légitime d'un côté par l'institution dont il est issu, de l'autre par le terrain qui l'accueille ? Une injonction contradictoire vient encore compliquer la situation du philosophe : n'attendons-nous pas de ce dernier, non seulement qu'il produise tout au long de sa carrière des résultats scientifiques faisant progresser la recherche la plus pointue, mais aussi qu'il fasse plus largement bénéficier la société de ses compétences intellectuelles et de ses qualités pédagogiques ? L'enquête de terrain pourrait constituer un levier pour répondre à cette double exigence, tout en revalorisant le métier de professeur ou de chercheur en philosophie aujourd'hui, lui réservant une place en dehors du lycée ou de l'université. Enfin, certains terrains exigent-ils plus que d'autres l'intervention du philosophe, par exemple les situations de crise qui demanderaient un diagnostic philosophique, ou au contraire faut-il soutenir que tout est matière à philosopher ?

c. Conditions théoriques et pratiques d'une « enquête philosophante ». Au- delà de la simple injonction à « aller sur le terrain », comment le philosophe doit-il s'y prendre pour mener son enquête et obtenir des résultats ? Il semble que le philosophe doive composer avec différents facteurs scientifiques, académiques, institutionnels, juridiques, éthiques, administratifs, etc., qu'il convient d'identifier afin de mettre en place des procédures adéquates et efficaces. On peut notamment mentionner le risque d'instrumentalisation de la présence du philosophe par la structure d'accueil : jusqu'où l'enquêteur est-il tenu de rendre service en échange d'un accès au terrain, et dans quelle mesure les résultats du philosophe peuvent-ils s'avérer utiles ? C'est l'éthique de la recherche qui est alors remise en question : la rigueur scientifique de l'enquête comme des résultats n'est-elle pas impactée par les cadres nouveaux dans lesquels la pratique philosophique est amenée à se déployer ? Une autre limite à la scientificité de la démarche peut être soulevée : à quel point « l'enquête philosophante » peut-elle s'accommoder d'un protocole expérimental ? Tient-elle davantage de la procédure scientifique (méthode hypothético-déductive) ou du style subjectif (description littéraire ou enquête journalistique) ? Quelle que soit la conception du terrain en philosophie, les travaux qui s'en réclament ont en commun d'accorder une place relativement importante aux matériaux empiriques, même s'ils ne leurs attribuent pas le même statut. Peut-on construire une typologie des différents recours possibles au terrain en philosophie, du simple accompagnement pour la réflexion au fondement de l'argumentation, du rôle propédeutique à la fonction de vérification ? On peut distinguer différents niveaux d'implication : dans une perspective de philosophie contemporaine comme en histoire de la philosophie, l'enjeu est toujours de restituer aux concepts en perpétuelle mutation un contenu juste et stimulant, afin de les rendre les plus opérants possibles pour saisir la réalité, pour en fournir une clé d'analyse et de compréhension.

5) En pratique : des journées d'études thématiques sur la santé et l'environnement.

Si la recherche philosophique investit des terrains différents aujourd'hui, on remarque une attention prononcée des philosophes pour les terrains liés aux questions relatives à la santé d'une part et à l'environnement d'autre part. L'environnement comme la santé représentent depuis quelques temps maintenant des objets de la réflexion philosophique à part entière, mais la place du terrain, devenue manifeste, n'y est pas encore évidente pour autant. Les « terrains » relatifs à la santé et l'environnement sont le lieu de l'émergence de questionnements nouveaux qui inquiètent le philosophe, ce dernier
choisissant alors parfois de se rendre sur les lieux où s'opèrent ces mutations. Du côté de la santé, la pensée est inquiétée par exemple avec l'émergence de nouvelles interrogations éthiques et épistémologiques, liées à des évolutions scientifiques et sociétales, comme la GPA, ou la mise en place d'une médecine personnalisée ou prédictive, liée aux avancées de la génomique (séquençage du génome humain). Elle l'est également avec l'apparition de souffrances d'un nouveau type (souffrance au travail, burn out, Alzheimer, addictions nouvelles, etc.) mais aussi de nouvelles pratiques de soin, qui vont à l'encontre de la rationalisation de la prise en charge médicale (médecines douces, traditionnelles, et non conventionnelles, alternatives également à la médecine allopathique dominante). Du côté de l'environnement, la situation de crise qui fait aujourd'hui, d'une façon ou d'une autre, partie de notre existence au quotidien, la reconfigure, impactant tant nos pratiques que nos idées, et nous obligeant (sous l'influence également des travaux anthropologiques et ethnologiques) à repenser toute une conceptualité (l'opposition naturel/artificiel, nature/culture) considérée pendant longtemps comme allant de soi. Les mutations épistémologiques (les débats autour de la « fin de la nature », les critiques de la notion d' « environnement ») accompagnent les réflexions éthiques nouvelles. La disparition de nombreuses espèces et le retour d'un nombre conséquent d'individus de certaines espèces protégées comme le loup, les modifications climatiques impactant notre qualité de vie et nos relations avec les autres, humains et non humains, nous obligent à repenser la place de l'homme au sein des écosystèmes.

La présence du philosophe sur le terrain se révèle alors utile, voire nécessaire, pour comprendre ces changements qui s'opèrent et la façon dont les praticiens s'adaptent, sans toujours opérer un recul réflexif sur leurs actes, à ces conditions d'exercice nouvelles. Dans chacun des domaines, les terrains sont multiples : lieu d'exercice d'une profession (public ou privé), sphères de décision politique, lieux de réflexions éthiques, milieu associatif, ONG, laboratoires et équipes scientifiques, etc. et, de manière générale, les problématiques relatives aux terrains de la santé comme de l'écologie (puisque ce sont sur ces derniers que nous portons notre attention) croisent des enjeux éthiques, politiques,
épistémologiques et phénoménologiques.

Ainsi, afin de donner un ancrage concret à nos réflexions théoriques et méthodologiques, nous étudierons de manière transversale les trois axes présentés plus haut, en les investissant au sein de réflexions émergées de travaux sur ces deux ensembles de terrains. Deux journées d'études thématiques seront donc organisées :

  • La première se tiendra le mardi 29 janvier 2019 sur le thème de la santé
  • La seconde aura lieu le jeudi 11 avril 2019 sur le thème de l'écologie.
    D'autres domaines pourront également être abordés. La matinée sera consacrée aux interventions de chercheurs qui s'interrogent sur la pratique du terrain en philosophie, et l'après-midi aux exposés des étudiants qui effectuent un travail de terrain dans leurs travaux. Un tour de table reprendra en fin de journée les points soulevés par les répondants ainsi que les discussions avec la salle.

1 C. Vollaire, Pour une philosophie de terrain, Paris, Créaphis, Poche, 2017.
2 Manifestation scientifique qui s'est tenue les 23-24/06/2016 à Nanterre et Paris. https://sophiapol.hypotheses.org/19656
3 Potte-Bonneville Mathieu, « Au sujet du terrain - Subjectivation et ethnologie », Rue Descartes, vol. 75, no 3, 2012, p. 102-113.

Shakespeare's Representation of Weather, Climate and Environment.

Mercredi 12 Décembre 2018

Edinburgh, Edinburgh University Press,
31 décembre 2018, 320 p.
ISBN 9781474442527

While ecocritical approaches to literary texts receive more and more attention, climate-related issues remain fairly neglected, particularly in the field of Shakespeare studies. This monograph explores the importance of weather and changing skies in early modern England and argues that traditional representations and religious beliefs still fashioned people's relations to meteorological phenomena. At the same time, a growing number of literati stood against determinism and defended free will, thereby insisting on their ability to act upon celestial forces.
The author thus contends that Shakespeare reconciles the scholarly approaches of his time with popular views rooted in superstition and promotes a sensitive, pragmatic understanding of climatic events. Taking into account the influence of classical thought, each of the book's seven chapters addresses a different play where sky-related topics are crucial, considers the way climatic phenomena were presented on stage, and analyses how they came to shape the production and reception of Shakespeare's drama.

Séminaire « Presse 18 » 2018-2019

Mercredi 5 Décembre 2018

Contacts :
Olivier Ferret
Myrtille Méricam-Bourdet

Sauf mention contraire, les séances ont lieu :
le vendredi soir de 17h30 à 20h00
à la Maison des sciences de l'homme Lyon Saint-Étienne (MSH-LSE)
14 avenue Berthelot, Lyon 7e

Séminaire « Presse 18 » 2017-2018

Richard III entre mythe et réalité

Mardi 4 Décembre 2018

Coordination :
Yona DUREAU
MCF-HDR Langue et littérature anglo-saxonnes

Pages