D-UP : Data-upgrade process, de l'information à la donnée

L'objectif du projet "Data-upgrade process" est d'élaborer un procédé de traitement numérique de l'information en sciences humaines et sociales. Il vise à transformer la donnée brute en données adaptées à la recherche numérique. Il allie collecte et conservation de documentation et augmentation de l'information par des bases de données collaboratives.

 

Problématique

La donnée brute en SHS (documentation, images etc.) ne peut être directement utilisée par les outils numériques. Afin d'être apte à la recherche digitale, elle doit être transformée en séquences lisibles par l'ordinateur. Ces séquences doivent ensuite être dotées d'éléments de contexte nécessaires à leur interprétation numérique. L'idée est de relier ces séquences à des bases de données ouvertes, auxquelles tout chercheur, détenteur de connaissance précise pourra contribuer.

Les méthodes de recherche actuelles reposent sur le data mining, qui est une routine automatisée. Elle présente l'inconvénient majeur d'opérer un tri sur des bases strictement formelles et non sur des critères conceptuels, il en résulte que l'étape critique de tri, d'identification et de contextualisation des données y trouve difficilement sa place. Le procédé D-up permet d'introduire dans le traitement numérique les principes d'herméneutique qui règnent en histoire.

Il repose sur un traitement en 3 étapes : 1) la digitalisation de l'objet, son découpage, l'adjonction de métadonnées qui en permettent l'identification ; 2) la reconstitution de la donnée en objet signifiant : reconstitution des ensembles, géolocalisation, datation, identification des acteurs ; 3) Injection d'informations de contexte de tout type dans des bases de données utilisant des technologies de type filemaker.

 

Responsable scientifique

Béatrice Jaluzot, droit (Sciences Po Lyon, IAO)

Partenaires

IAO, IHRIM, Data Futures, CMMC (EA 1193)