Sexualités ordinaires : pratiques conjugales, normes médicales, une approche socio-historique

Cinquante ans après Mai 68 et les slogans "Mon corps est à moi ; Jouissons sans entrave", qu’en est-il de l’égalité des sexes en matière de sexualité ? Si indéniablement les transformations ont été importantes, la vie intime continue d’être régie par des normes auxquelles l’activité sexuelle n’échappe pas.

 

Problématique

S’intéressant aux pratiques sexuelles et à ce qu’elles révèlent des relations entre les hommes et les femmes, le projet interroge les expériences de la sexualité conjugale en articulant les approches historique et sociologique. Si le combat féministe a permis au cours du siècle dernier d’améliorer significativement le statut social des femmes, le processus d’égalisation des conditions de vie est plus lent dans le cadre de la vie intime. Basée sur un dispositif méthodologique ambitieux (entretiens auprès de couples, de professionnel.les de santé, exploitation d’archives autobiographiques, exploitation statistique de l’enquête nationale Contexte de la Sexualité en France, Focus group), ce projet entend saisir les changements, mais aussi les permanences, qui permettent de comprendre comment la "sexualité ordinaire" (qui se déroule dans le cadre conjugal) fait et défait le genre.

Ce projet vise à questionner un discours public sur la sexualité (qui devrait être régulière, égalitaire et épanouissante) et à comprendre comment, malgré les changements considérables qui sont survenus, les inégalités de genre persistent. Outre les valorisations académiques classiques, ce projet a pour ambition de déboucher sur la production d’un film scientifique.

 

Responsable scientifique

Emmanuelle Santelli, sociologie (CNRS, CMW)

Partenaires

CMW, LARHRA, MSH Lyon St-Etienne, Fécondité, famille, sexualité (UR03, INED), IRISSO (UMR7170-1427, Paris)